Taxe habitation résidence secondaire plus chère que résidence principale

La taxe d’habitation s’applique sur toutes les habitations habitées, même les résidences occasionnelles ;
L’état du bien, votre situation personnelle et fiscale ainsi que sa situation géographique influencent la valeur cadastrale locative et fait augmenter la taxe ;
Aucune mesure de défiscalisation n’est prévu, ni pour l’abattement, ni pour le plafonnement ni pour le crédit d’impôt, sauf sur les surplus éventuels et donc seulement en cas de revente.

1er janvier, résidences principales, impôts locaux, impôt sur le revenu, revenu fiscal, résidence secondaire, habitation, consultez notre article : comment va se faire la suppression de la taxe d’habitation ?

La taxe d’habitation

C’est est un impôt local qui s’applique sur toutes les habitations, notamment les logements réellement habités.

Tout comme pour la résidence principale, une résidence secondaire est soumise à cette taxe. Les collectivités locales la calculent selon l’état du bien et la situation fiscale du propriétaire au 1er janvier.

Seulement, elle est plus chère pour un logement temporaire. Le montant est toujours plus important que celui du logement effectif.

Le taux d’imposition est variable, car les collectivités territoriales l’évaluent en fonction des caractéristiques propres à la maison comme la surface, le niveau de standing ou les dépendances. Votre situation personnelle est également prise en compte car l’avis d’imposition ne doit concerner qu’un seul foyer fiscal.

1er janvier, impôts locaux, collectivités locales, habitation principale, valeur locative, revenu fiscal, résidence secondaire, habitation, découvrez notre article : qu’est-ce qu’une taxe d’habitation ?

Pourquoi est-elle plus chère pour une résidence secondaire ?

Le calcul de taxe d’habitation se base sur la valeur locative cadastrale et de ses dépendances. Ainsi, si la maison est en bon état, la valeur supposée de location est élevée. D’un côté, il faut ainsi souligner que l’état du bien et le lieu où il réside ajoutent de la valeur au bien. Et plus le bien est valeureux, plus il sera taxé.

Toutes les secondes résidences sont jolies et constituent un logement de villégiature Elles sont généralement installées dans une campagne bourgeoise ou dans une localité pour les vacances. Elles sont également meublées. Dans les zones tendues, un meublé est même taxé à 60% s’il ne sert pas de logement principal.

Lorsque la maison n’est pas habitée, ce qui est généralement le cas, une surtaxe sur les logements vacants de 20 % est appliquée. Un prélèvement supplémentaire de 1,5% est également pris en compte étant donné qu’ils sont toujours meublés. De même, si vous pensez à la faire louer, vous risquez d’augmenter davantage le montant de la taxe étant donné que les impôts sur un meublé sont plus lourds.

Pourtant les abattements de 10 à 15% et le système de plafonnement ne le sont pas même si le revenu fiscal  de référence ne dépasse pas le seuil légal. Le système de crédit d’impôt et d’abattement sur l’impôt sur la fortune n’est pas non plus retenu. C’est ainsi que les résidences secondaires sont plus chères pour le propriétaire. Seule la redevance télé est exonérée.

Comment éviter la taxe ?

Il est possible de demander une exonération au Service des Impôts dont dépend le bien. Il suffit de répondre à l’une des conditions suivantes :

  • votre activité professionnelle vous contraint à résider ailleurs que dans votre logement habituel ;
  • vous gardez la jouissance exclusive de votre habitation principale mais vous devez être hébergé pendant un certain temps dans un établissement de soins ;
  • vous ne pouvez pas y habiter et en faire votre principal lieu de résidence parce que des travaux y sont effectués. Il n’y a donc aucune votre volonté de votre part. C’est le cas lorsque la maison fait l’objet d’une opération d’urbanisme.

En ce qui concerne les plus values immobilières, depuis 2012, elles subissent une surtaxe si auparavant, elles étaient exonérées. Ainsi, le gain sur une revente de logement de villégiature de 50 000 euros subit une surtaxe de 2 à 6%. Il est également soumis à l’impôt sur le revenu pour 19% de son prix. Des prélèvements sociaux de 15,5% sont également retranchés de la plus value.

L’exonération totale n’est accordée que si le prix de vente doit servir pour acheter votre demeure principale. Celle pour l’abattement n’est effective qu’après 22 ans de détention.

FAQ

Non. Si celle sur les résidences principales était définitivement supprimée en 2021, la loi de finances n’a pas encore rectifié le tir du côté des secondes résidences. Et jusqu’à présent, aucun texte ni aucune réforme fiscale ne parle de la suppression de cette taxe. Le gouvernement a prévu un nouveau mode de calcul qui devrait faire baisser le montant de la taxe. Les autres impôts locaux comme la taxe foncière ou la taxe pour l’enlèvement des ordures restent d’application.

Nos autres articles peuvent également vous aider :