Peut-on faire un investissement locatif sans apport

Un investissement locatif sans apport est possible à condition que le projet soit bien préparé et jugé rentable
Il faut soumettre son projet auprès de plusieurs banques pour trouver l’offre adaptée

A travers ses différentes aides fiscales qui évoluent en fonction du marché, l’Etat multiplie son soutien à l’investissement locatif. Les avantages qu’on peut en tirer s’ajoute aux revenus et au patrimoine acquit à travers le projet immobilier. Mais sans argent, est-il possible de se lancer ? Découvrez que même sans apport, il est possible d’investir dans des biens immobiliers : acheter un immeuble pour louer sans apport.

Investir sans apport, mode d’emploi

Pour réaliser un tel projet, il faut  trouver la banque qui accepte de financer son investissement : acheter pour louer. A ce stade, l’investisseur peut poser trois questions : Comment rembourser son prêt ? L’intérêt du prêt n’est-il pas rédhibitoire ? Les banques et les établissements de crédits ne sont-ils pas réticents à offrir crédit à un emprunteur sans apport ?

Primo, il faut utiliser les loyers perçus pour financer les mensualités de prêt. L’idée est d’obtenir une mensualité de crédit inférieur au loyer mensuel pour avoir un surplus. L’emprunteur peut aussi affecter une partie de ses revenus salariaux et/ou de ses autres gains jusqu’au remboursement total. Après, il peut jouir librement des loyers sans oublier qu’il est désormais propriétaire d’un logement.

Secundo, en investissant dans le cadre d’un dispositif de défiscalisation (loi Pinel, Censi-Bouvard, Malraux, Monuments historiques, etc.), les intérêts du prêt, considérés comme charge d’acquisition seront compensés par la déduction, la réduction ou le crédit d’impôt.

Tertio, les banques sont réticentes à financer un projet immobilier sans apport, il faut établir un plan d’investissement pertinent pour les convaincre.

Bien préparer son projet

Avoir un projet bien défini, potentiellement rentable et permettant de rembourser l’emprunt permet de convaincre les banques et établissements de crédits. Pour ce faire, il faut faire une étude de marché en répondant aux questions suivantes :

  • Quel type de bien acheter : neuf ou ancien, appartement ou maison ? Il faut se renseigner sur le prix et les aides fiscales qui accompagnent chaque type de logement.
  • Quel type de logement offrir : location nue ou meublé, résidence principale, résidence de tourisme ou résidence de service ? Il faut choisir en fonction de l’offre et la demande locale.
  • Où investir : le lieu de l’investissement et l’offre de location doit aller ensemble. Une maison d’hôte dans une destination touristique, un studio meublé dans une ville étudiante, une belle villa dans un quartier résidentiel, etc.

A noter que les banques peuvent accorder facilement un prêt immobilier lorsque le bien à acquérir est susceptible d’attirer facilement les locataires, et lorsque celui-ci peut être vendu facilement (vente en cas de défaillance de remboursement).

Trouver un crédit immobilier

C’est l’étape à qui dépend la finalisation du projet. Pour ce faire il est conseillé de d’envoyer une demande de crédit auprès de plusieurs banques. La demande doit être accompagnée d’un dossier complet.

Une offre de prêt est sans engagement tans que l’emprunteur ne l’a pas encore accepté. Il faut alors comparer toutes les offres disponibles pour trouver celle qui soit adaptée à son projet (capital à obtenir, montant de mensualité, durée de remboursement, etc.), et qui soit aussi avantageuses (taux d’intérêt plus bas, conditions de prêt moins contraignantes).

A noter également que l’emprunteur est amené à négocier son crédit auprès d’un banquier ou un responsable client. Il ne doit pas hésiter à faire usage de tous les atouts de son profil emprunteur (contrat de travail CDI, stabilité professionnelle, absence de découvert bancaire, etc.).

FAQ

Le privilège de prêteur de deniers (PPD) est une garantie pour un crédit immobilier. Il permet au créancier bénéficiaire (banque ou établissement de crédit) de diligenter une procédure de saisie en cas d’insolvabilité de l’emprunteur.

Pour en savoir plus sur :