Peut-on cumul assurance loyer impayé et caution solidaire

Actuellement, l’investissement locatif est devenu l’un des placements préférés de certains investisseurs. Mais ces derniers sont confrontés au phénomène des loyers impayés : peut-on déduire les loyers impayés. Et pour se protéger, et s’assurer un revenu locatif, beaucoup font le recours à une souscription à une assurance loyer impayé, ou à une caution solidaire. Mais est-ce que ces deux dispositifs se cumulent ?

Le GLI est une assurance pour sécuriser les revenus fonciers et de se protège contre les risques d’un investissement locatif.
Une caution est une personne solvable, s’engageant à acquitter les loyers impayés du locataire concerné.
Le cumul du GLI et de la caution solidaire est généralement impossible, hormis des exceptions.

Assurance loyer impayé

L’assurance loyer impayé, également appelée garantie loyers impayés, ou GLI, est proposée par une compagnie d’assurances, ou une banque. En effet, elle donne la possibilité, aux propriétaires-bailleurs, de mieux sécuriser leurs revenus fonciers, et de les protéger contre les risques d’un investissement locatif. Ainsi, ils sont couverts en cas d’(e) :

  • loyer et charges non payés ;
  • détériorations et dégradations immobilières ;
  • actes de vandalisme, étant non couverts par un dépôt de garantie ;
  • libération anticipée du logement, et de frais de contentieux, en défense ou recours, ou encore de vacance locative.

Du coup, ce type d’assurance permet d’(e) :

  • éviter d’avoir recours à la justice, en cas de non paiement des loyers ;
  • facilité les démarches administratives et judiciaires, en cas de litige, concernant le paiement du loyer.

À noter que cette garantie des risques locatifs n’est pas comprise dans le contrat de bailleur de base, ainsi, elle constitue une option.

Caution solidaire

La caution solidaire est un acte par lequel une personne s’engage à acquitter les loyers impayés du locataire concerné. En effet, il existe deux formes de caution, à savoir celle du simple et solidaire. La différence entre eux réside dans la personne à poursuivre, en cas de défaillance du locataire. En effet, dans le premier cautionnement, le bailleur poursuit d’abord le locataire en question, avant de se retourner contre la caution. En revanche, pour la caution solidaire, le propriétaire bailleur peut poursuivre, sans faire de différence, le locataire ou celui qui a accepté le rôle de garant.

La caution solidaire, à la différence de la caution simple, permet au bailleur de se tourner directement vers la caution, dès le premier incident de paiement.

Le cumul des deux dispositifs

Bien que ces deux dispositifs soient possibles, le cumul des deux est impossible. En général, en location vide notamment, le propriétaire devra choisir entre les deux. En meublé, des exceptions restent possibles. Pour les locataires étudiants ou apprentis, il est possible de cumuler en location vide, le GLI, avec la caution d’un proche.

FAQ

En général, toute personne majeure, ayant la capacité juridique, peut se porter caution solidaire, à condition de disposer de revenus suffisants, face à des dettes locatives éventuelles.

Autres articles dans la même catégorie :