Investir dans un fcpi ou un fip

Les FCPI et les FIP permettent de réduire facilement les impôts. Ils permettent de transférer les fonds des particuliers vers les sociétés non cotées à besoin de financement.
Les fonds de proximité sont similaires aux FCPI. La différence est que 60% des fonds sont alloués aux entreprises régionales.
Les FCPI et FIP sont considérés plus avantageux que l’assurance vie.
Ils permettent de bénéficier d’une réduction de 50% sur l’impôt sur la fortune.
Les montants investis permettent d’obtenir une réduction d’impôt sur le revenu de 18%.

Impôt sur les sociétés, réductions d’impôt, sociétés de gestion, consultez notre article : comment investir dans un FCPI ?

Fonctionnement du FCPI et du FIP

L’assurance vie est l’investissement le plus apprécié en France. Il apporte des avantages intéressants pour tout le monde. Mais face à elle, d’autres alternatives offrent plus de profits. Justement, l’investissement dans les entreprises en fait partie.

Dans ce cadre, les FCPI et les FIP sont de très bons choix. Ils permettent de réduire facilement les impôts. Les fonds communs de placement dans l’innovation ont été créés en 1997. Ils permettent de transférer les fonds des particuliers vers les sociétés non cotées à besoin de financement.

Les compagnies visées par ce dispositif sont des sociétés innovantes. Elles doivent avoir moins de 2000 salariés. Leur siège doit être au sein de l’Union Européenne. Et elles doivent être soumises à l’impôt sur les sociétés. Et elles doivent dater de moins de 10 ans.

Pour obtenir les différents avantages, il faut détenir les parts de FCPI pendant au moins 5 ans. Il s’agit d’un véritable placement à long terme. Néanmoins, les fonds peuvent être bloqués pendant une période beaucoup plus longue. La moyenne est de 8 ans.

Et cela peut aller jusqu’à 10 ans. Les fonds sont fermés pendant toute la période sauf pour des cas particuliers. Cela inclut le décès, l’invalidité et le licenciement.

Assurance vie, impôt sur le revenu, consultez notre article : qu’est ce que le PERP ?

Les avantages de ces dispositifs

Les fonds de proximité sont similaires aux FCPI. La différence est que 60% des fonds sont alloués aux entreprises régionales. Elles doivent posséder moins de 250 salariés. Le montant maximum pour investir est de 12 000 euros pour un célibataire.

Pour les personnes en couple, la limite est de 24 000 euros. De plus, ces deux fonds sont agréés par l’autorité des marchés financiers. De plus, il est possible de cumuler les deux fonds. Ainsi, cette alternative est beaucoup plus avantageuse qu’une assurance vie.

Il faut noter que le FCPI présente de risques importants. En effet, l’argent est destiné à de jeunes sociétés. Et leur avenir n’est pas garanti. Ainsi, le rendement du capital investi n’est pas garanti. Il peut y avoir des pertes plus ou moins importantes.

Ainsi, en choisissant cette option, il ne faut pas avoir peur de perdre son capital. Les parts de FIP sont plus sûres. En effet, les compagnies visées sont en développement. Leur performance est donc plus élevé et les risques plus faibles.

Mais pour l’investissement de proximité, les gains potentiels sont aussi plus faibles. Mais le plafonnement des niches fiscales plafonne les réductions d’impôt à 10 000 euros.

Faire le bon choix

Les FIP et les FCPI bénéficient d’avantages fiscaux intéressants. Les montants investis permettent d’obtenir une réduction d’impôt sur le revenu de 18%. Les investisseurs peuvent obtenir une réduction de 2 160 euros au maximum. Pour les mariés, le plafond est de 4 320 euros.

De plus, il y a une réduction de 50% sur l’impôt sur la fortune. Ce taux est toujours appliqué sur le fonds investi. Entre autres, en cas de plus-value, l’exonération est totale. Néanmoins, les prélèvements sociaux sont toujours appliqués.

Pour faire usage de l’un de ces dispositifs, il faut se tourner vers les établissements bancaires. Les sociétés de gestion et les conseillers en gestion de patrimoine sont également de bons choix.

FAQ

Les frais de souscription aux FCPI et FIP ne sont pas concernés par la réduction d’ISF, ni même par la réduction d’impôt sur le revenu ou IRPP.

Nos autres articles peuvent également vous éclairer sur le sujet :