Différence entre perp et perco

Le PERP ou plan d’épargne retraite populaire et le PERCO ou plan d’épargne collectif sont des dispositifs de retraite supplémentaires qui ont pour but de mettre de côté de l’argent afin de prévoir la retraite.
Avec le PERP et le PERCO, l’épargne est bloquée jusqu’au départ à la retraite. Aucun retrait n’est possible avant cette échéance, sauf dans certains cas exceptionnels.
Le PERP est un produit accessible dans tous les réseaux bancaires, le PERCO est très restreint, seulement au cadre de l’entreprise.
Le PERP n’offre qu’un seul mode de sortie, et c’est la rente viagère, avec une possibilité de sortie partielle en capital à hauteur de 20% de la valeur du contrat.
Pour le PERCO, vous avez le choix entre la sortie en capital et la rente viagère. Pour la fiscalité, avec un PERP, vos versements sont déductibles du revenu imposable dans la limite de 10% des revenus professionnels.

Bénéfice imposable, impôt sur le revenu, consultez notre article : qu’est ce que la loi Madelin ?

Les points communs entre le PERP et le PERCO

Le plan d’épargne retraite populaire ou PERP et le plan d’épargne collectif pour la retraite ou PERCO sont tous deux des dispositifs de retraite supplémentaires issus de la réforme des retraites.

Ce sont des supports d’épargne qui ont but de mettre de côté de l’argent afin de prévoir la retraite. Que cela soit pour le PERP ou pour le PERCO, l’épargne est bloquée jusqu’au départ à la retraite.

Aucun retrait n’est donc possible avant cette échéance, sauf dans certaines situations exceptionnelles. C’est le cas par exemple lors du décès du conjoint, pour une invalidité, expiration des droits aux allocations d’assurance chômage, etc.

Ces conditions de déblocage anticipé sont donc les mêmes pour le PERP et le PERCO, à un détail près : le déblocage des versements effectués sur un perco est possible pour le financement de l’acquisition de votre résidence principale.

Qu’est-ce qui différencie le PERP du PERCO ?

La première différence entre les deux dispositifs est le fait que le Perp est une forme de produit accessible dans tous les réseaux bancaires, alors que le perco est restreint au cadre de l’entreprise.

Une autre grande différence est le mode de sortie. Le PERP n’offre qu’un seul mode de sortie, et c’est la rente viagère, avec une possibilité de sortie partielle en capital à hauteur de 20% de la valeur du contrat.

Pour le PERCO, vous avez le choix entre la sortie en capital et la rente viagère. Pour la fiscalité, avec un PERP, vos versements sont déductibles du revenu imposable dans la limite de 10% des revenus professionnels.

La sortie sous forme ou de capital est soumis à l’impôt sur le revenu et aux cotisations sociales. Par contre pour le PERCO, les versements volontaires n’ouvrent aucun droit à un avantage fiscal. Par contre, à la sortie, le capital n’est pas soumis à l’impôt sur le revenu.

Le PERP a par ailleurs un fonctionnement qui ne s’éloigne pas trop de celui de l’assurance vie, et permet la gestion de son capital selon les opportunités du marché. Néanmoins, pour l’assurance vie, les versements ne sont pas déductibles du revenu imposable.

Consultez également nos articles :

Ce que vous devez également savoir sur ces dispositifs de retraite

Les plans d’épargne que sont le PERP et le PERCO vous permettent donc une déduction des revenus imposables des cotisations versées par chaque membre du foyer fiscal. Vous devez par ailleurs savoir qu’il existe un plafond épargne retraite, qui correspond à la somme maximale que vous pourrez déduire des revenus professionnels au titre des cotisations versées durant l’année sur les produits de retraite complémentaire.

Pour le PERP par exemple, les revenus pris en compte pour le plafond de déduction sont les traitements et salaires net imposables ainsi que les bénéfices imposables (BIC, BNC et BA). Sachez également que le projet de loi relatif à la croissance et la transformation des entreprises ou loi pacte prévoit des modifications en ce qui concerne les produits d’épargne retraite.

FAQ

Le plafond épargne retraite sert principalement à limiter la déduction fiscale prévue au titre des cotisations du contribuable pour son épargne retraite. Il incite aussi les contribuables à s’engager dans la possession d’une épargne retraite.

Nos autres articles vous intéresseront certainement :