Défiscalisation immobilière

La défiscalisation immobilière est un moyen légal qui permet aux contribuables investissant dans l’immobilier de bénéficier d’une réduction des charges fiscales.
Il existe de nombreux dispositifs de défiscalisation immobilière en France : loi Censi-Bouvard, loi Malraux, loi Pinel, statut LMNP et LMP, mécanisme du déficit foncier, etc.

La défiscalisation dans les investissements immobiliers

La défiscalisation immobilière est le fait de d’obtenir une réduction des charges fiscales grâce à un placement dans un bien immobilier. Mis à part les gains attractifs de ce type d’opération, l’avantage fiscal est également important en matière d’investissement immobilier.

Cela s’observe surtout à travers les choix de formules de dispositifs de défiscalisation immobilière proposés aux investisseurs, qui correspondent à tout de type d’investissement. Parmi eux, nous pouvons par exemple compter la loi Pinel (qui est le plus courant), la loi Malraux, la loi Censi Bouvard, ou encore les statuts de loueurs en meublé, notamment le statut LMP (loueur en meublé professionnel) et le statut LMNP (loueur en meublé non professionnel).

Il existe encore d’autres dispositifs de défiscalisation immobilière, traduisant la volonté de l’État à appuyer les investissements dans la pierre.

Investir dans le neuf : découvrez le dispositif Pinel !

La loi Pinel a remplacé le dispositif Duflot et est entrée en vigueur le 1er janvier 2015. Le dispositif Pinel est intéressant dans la mesure où il peut faire réaliser une économie d’impôt sur le revenu pouvant atteindre les 21% du montant d’investissement.

Il est donc très profitable par rapport à la loi Censi-Bouvard ou la loi Malraux. Si vous souhaitez donc bénéficier de l’avantage fiscal de la loi Pinel, vous devez investir dans un bien neuf, que vous vous engagerez à louer à titre de résidence principale à un locataire (qui ne doit pas être membre de votre foyer fiscal) pour une durée de 6, 9 ou 12 ans.

Les réductions d’impôt varient selon la durée de location : 12% pour 6ans, 18% pour 9 ans et 21% pour 12 ans. La loi Pinel vous permet ainsi d’acquérir un patrimoine immobilier rentable. Notez par ailleurs que la réduction d’impôt est plafonnée à 10 000 euros sur le montant de l’impôt sur le revenu et n’est pas reportable à l’année suivante.

Le mécanisme du déficit foncier

Sachez que si vous n’optez pas pour un dispositif de défiscalisation, il vous est tout de même possible d’alléger vos charges fiscales par le mécanisme de déficit foncier. Le déficit foncier provient des droits communs applicables aux revenus fonciers, c’est pourquoi il n’est pas soumis au plafonnement global des niches fiscales.

A titre de rappel, le déficit foncier est observé lorsque le montant des charges supportées par rapport au bien est supérieur aux revenus locatifs qu’il génère. Pour calculer le déficit foncier, vous devez bien déterminer la part du déficit liées aux charges financières et la part de déficit liée aux autres charges imputables sur le revenu global.

Le déficit foncier est déductible du revenu global dans la limite 10 700 euros par an. Tous les contribuables qui sont propriétaires d’immobilier locatif peuvent bénéficier du mécanisme, cependant, le déficit foncier n’est possible que sous le régime réel d’imposition. Par ailleurs, vous pouvez également le coupler avec un dispositif de défiscalisation pour optimiser vos avantages fiscaux.

FAQ

Pour choisir le dispositif de défiscalisation immobilière rentable, il faut déterminer le type d’activité immobilière que vous réalisez. Si vous faites dans la location meublée, la loi Censi-Bouvard, les statuts LMP et LMNP sont favorables pour vous. En revanche, si vous faites dans les logements neufs, la loi Pinel est certainement la plus intéressante.